CURRICULUM VITAE  HANS ULRICH RECK   

Hans Ulrich Reck, né en 1953 à Schönenwerd (Suisse), a passé sa jeunesse à Bâle, est marié et père d'un enfant. Philosophe, scientifique des études d'art, publiciste, il a collaboré à une multitude d'expositions et a organisé, préparé et animé de nombreux symposia dont certains axés résolument sur une tournure internationale et de l'innovation dans la recherche. Il a tenu des conférences, organisé des groupes de travail au niveau national et international (élément central: l'Europe de l'Ouest), rédigé et édité des livres ainsi que des essais pour des journaux, des magazines, mais surtout pour des recueils destinés à différentes maisons d'édition.  Disciple de Ernst Bloch, Helmut Fahrenbach, Konrad Hoffmann et Wilfried Barner entre autres, Hans Ulrich Reck a étudié la philosophie, l'histoire de l'art et les lettres allemandes modernes à l'université de Tübingen (M.A. en 1976) et le design de communication auprès de Bazon Brock  à la « Bergische Universität » de Wuppertal où, en 1989, il a été promu docteur en philosophie et, en 1991, il a présenté sa thèse d'habilitation (venia legendi) en « Esthétique et études d'art ».  À partir de 1976, il exerça la profession de journaliste et d'auteur / publiciste en freelance, à laquelle s'est ajoutée celle d'enseignant en 1979. De 1976 à 1987, nombreuses activités dans le domaine de l'éducation des adultes, entre autre au sein de différentes « Volkshochschulen » (universités populaires) et écoles pour le travail social. De 1977 à 1984, également fonction de conseiller et de collaborateur auprès de la « Stiftung Studienbibliothek zur Geschichte der Arbeiterbewegung » (fondation bibliothèque d'étude de l'histoire du mouvement ouvrier) à Zurich et du centre d'éducation « Salecina » (Maloja, Les Grisons, Suisse). En 1979, co-créateur et jusqu'en 1981 également gérant d'un centre culturel et de manifestations à Bâle, de 1983 à 1986 rédacteur du Bulletin de l' Union des Théâtres suisses. Après 1983, il participa à l'édition et à la publication  des écrits inédits de Rudolf M. Lüscher (entre autres : « Einbruch in den gewöhnlichen Ablauf der Ereignisse », éditions Limmat Zurich 1984 ; « Henry und die Krümmelmonster. Über Fordismus », éditions Konkursbuch Tübingen s.d. ; « Theo und Amalie Pinkus-de Sassi. Ein Leben im Widerspruch », éditions Limmat Zurich 1987). À l'occasion d'un concours public et anonyme, il a été nommé directeur du conseil de travail du « Internationales Design Zentrum » (IDZ) (Centre de Design International) de Berlin en 1983 - une fonction qu'il exerça jusqu'en 1986. Depuis cette période, coopération très diversifiée et suivie avec Bazon Brock. De 1981 à 1985, il a été professeur d'histoire de l'art, de théorie d'architecture et de design, de communication visuelle, de sémiotique, d'esthétique et de théorie des médias à l'Ecole supérieure d'arts appliqués de Bâle, de 1989 à 1995 également à l'Ecole supérieure d'arts appliqués de Zurich, où il effectua entre autres des projets de théorie des arts appliqués en coopération avec Aldo Walker et André V. Heiz. De 1986 à 1996, coopération intensive périodique avec Martin Heller (Museum für Gestaltung Zurich). Avec Alois Martin Müller et Jörg Huber, il a conçu en 1991 la série de conférences "Interventionen" (laquelle est apparue en série de livres jusqu'en 1998 auprès des éditions Stroemfeld/ Roter Stern Bâle / Francfort). En 1990/91, conception et édition de la série « Querschüsse » (éditions Keyser Munich). De 1992/1995, président de la chaire et professeur de théorie des communications à l'université d'arts appliqués de Vienne. En 1995, Hans Ulrich Reck a été nommé professeur d'histoire de l'art dans le contexte des médias à l'Ecole supérieure des Arts et Médias de Cologne. Dans le cadre de ses fonctions au sein de cet établissement, il a conçu l'annuaire pour les arts et appareils, « LAB », en collaboration avec Siegfried Zielinski et Nils Röller (depuis 1996, le LAB parait à l'édition de la librairie Walther König Cologne). La coopération avec le groupe d'artistes « Knowbotic Research » et de « Membrane. Labor für mediale Strategien », liés au groupe de matières « Kunst-und Medienwissenschaften » (sciences des médias / études de l'art), a constitué la base de son travail à l'Ecole supérieure des Arts et Médias et de la conception appropriée de « Kunst durch Medien » (« l'art à travers les médias  »). Depuis 1988, Hans Ulrich Reck est coéditeur et  conseiller de la série d' oeuvres « Conference: German Literary Theory and Cultural Studies » (General Editor: Liliane Weissberg), Wayne State University Press Detroit, Michigan. Depuis 1996, il est éditeur de la série d' oeuvres « Medienkultur », Springer Verlag, Vienne/New York. Dans cette série sont déjà parus des livres de Elisabeth I. Eisenstein, Manfred Faßler, Tom Fecht, Harold Adam Innis, Dietmar Kamper, Wolfgang Müller-Funk, Hans Ulrich Reck, Harald Szeemann, Norbert Wiener.  De 1999 à 2000, suite à la demande de Michael Erlhoff, Hans Ulrich Reck a apporté une contribution - dont il a également conseillé la conception et la réalisation dans son ensemble - à l'exposition et au catalogue « Heute ist morgen. Zur Perspektive von Konstruktion und Empirie » (Kunst- und Ausstellungshalle der BRD, Bonn). Depuis 1998, en collaboration avec Hartmut Böhme, Christina von Braun, Martin Burckhardt, Wolfgang Coy et Friedrich Kittler, il fait partie constituante de la commission de programmes pour l'orientation de l' « Interface 5 », à Hambourg, intitulée « Politik der Maschine » (Politique de la machine) suite à l'ordre de la Kulturbehörde de Hambourg.  Les domaines d'étude de Hans Ulrich Reck sont les suivants : esthétique, philosophie, théorie de l'art et de l'histoire, les arts et leurs théories au 20e siècle, communications visuelles, théorie de l'architecture et de formes de vie urbaines, théorie du design, sémiotique, théorie des médias, dispositifs visuels des temps modernes, histoire et théorie de la puissance imaginative. Depuis longtemps, son travail s'appuie sur deux grandes lignes de recherches. La première pose la question sur la manière dont les formes de l'imagination de la vision sont liées avec les phénomènes généraux de l'imagé entre la perception et l'imagination. À cela, l'hypothèse joue un rôle capital à savoir que le rêve et la vision subissent l'influence des médiatisations de l'imaginaire dans des césures historiques. Le second projet étudie le contenu théorique interne des arts, en particulier de ce siècle, en vue d'une rhétorique des médias devenue réalisable et inséparable uniquement grâce aux arts. En cela, la notion des médias est perçue de manière pratique et méthodique, en tant que manière d'agir et non pas basée sur la logique mathématique et les appareils, en tant qu'incorporation de l'appareil, de la matérialité et de l'outil. « Traum /Vision » (Rêve / Vision) et « Kunst als Medientheorie » (Art en tant que théorie des médias) seront complétés par : « Epistemologie des Bildes aus der Sicht der Künste » (épistémologie de l'image du point du vue des arts).  Nombreuses publications de livres en tant qu'auteur, co-auteur, éditeur et co-éditeur. Nombreux essais, commentaires, exposés, nombreuses monographies, études et glosses.